Renégocier son crédit immobilier : la résolution de la rentrée

Depuis ces dernières années, les taux immobiliers ont fortement baissé permettant aux consommateurs de se rendre auprès des banques pour renégocier leur crédit. Cette démarche leur permet d’améliorer les conditions de vie et faire des économies.

Une rentrée chargée pour le banquier

Avec la diminution des taux via l’intervention de la Banque centrale européenne, les propriétaires auront l’occasion de renégocier une deuxième fois leur prêt immobilier. En un an, un dossier bien fourni permet d’obtenir un taux allant de 2, 3 % sur une durée de 20 ans. De nos jours, les établissements bancaires proposent au moins 1, 4 % et mois de 1, 2 % destiné aux meilleurs dossiers comme les couples en CDI qui profitent d’une situation financière confortable. Certains optent pour une solution efficace puisqu’une banque rechigne souvent à effectuer un rachat de crédit. La plupart choisissent de soumettre une demande à la concurrence en vue de motiver le prestataire précédent. Cela offre des avantages indéniables en n’ayant plus besoin de souscrire une nouvelle assurance ou de clôturer les comptes et mettre à jour les prélèvements.

Un rachat réalisé par une banque concurrente 

Si le banquer refuse la proposition, il est tout fait possible de recourir à la concurrence en bénéficiant des prestations d’un courtier ou un conseiller en gestion de patrimoine. C’est évidemment ce que soutient  Julien Rabier, le directeur associé à l’Institut du Patrimoine. Ce dernier confirme également que le prêt doit être au moins 100 000 euros sur une durée de six ans. Le montant aide à compenser le coût des pénalités de remboursement anticipé. Celui-ci représente généralement 3 % du capital restant dû. Par ailleurs, il faut aussi valoriser l’assurance-emprunteur qui demeure un élément important dans un projet immobilier, soit 20 % de la valeur globale.